La 4ème de Couv

Par Christian Debaere

Laurent Harduin, caché derrière ses deux grands yeux interrogateurs (il tient ça de sa fille) a tout d'un timide... Peut-être.

En tout cas, d'un « gentil ». Lorsqu'on rencontre Laurent la première fois, c'est le mot qui vient : gentil.

Mais armé d'un crayon, le gaillard se révèle tout entier : intarissable !

Là, ce n'est plus le farfadet qui lance çà et là des raisins sur votre chemin mais ce diable de Laurent qui vous tire-bouchonne ses mots, vous fait boire le contrepet jusqu'à l'halali ; en un mot : vous siphonne le cervelet pour vous laisser, tout pantelant et grisé, sur le bord de ses vers.

A votre santé !

Christian Debaere,

Directeur du Centre Culturel de Mouscron