Être ou ne pas être à la "auteur" ?

Avant-propos par Laurent Harduin

Trente ans ! Je ne sais pas si on peut encore appeler cela de la procrastination ?... Car à force de remettre à la décennie suivante, voilà ce qui arrive !

Cela fait trente années que la plupart des textes de cet ouvrage dormaient dans le fond d'un tiroir...

Il aura fallu un déménagement couplé à un confinement pour qu'ils revoient - enfin ! - la lumière. L'occasion était ainsi opportune pour vous offrir ce recueil.

Un peu dépoussiérés pour certains (et mis au rebut pour d'autres) mes récits piaffaient d'impatience à l'idée de vous être servis. Restait à compléter l'ouvrage de quelques nouvelles élucubrations et d'associer à mes côtés quelques amis fort en plumes et en coups de crayons...

Le poète Henri Michaux disait : « La poésie est un cadeau de la nature, une grâce, pas un travail. La seule ambition de faire un poème suffit à le tuer !». « La bille ne fait pas le stylo ! » n'est nourri d'aucune ambition. C'est juste une proposition au voyage dans un univers surréaliste et absurde où les situations rocambolesques viennent affecter le quotidien d'un écrivain en manque d'inspiration.

Les mots et les lettres s'amusent, les objets s'animent et prennent vie au plus grand dam d'un héros désabusé, qui tel un certain Monsieur Plume, finira par s'en accommoder.

« La bille ne fait pas le stylo ! » c'est aussi l'univers réaliste d'un auteur qui se cache derrière sa plume, d'un comédien qui s'habille de son personnage pour affronter la réalité d'un monde extérieur parfois si différent, parfois si proche...

Ces textes peuvent être lus à voix basse, récités, joués, ou entendus... Qu'importe !

Cela fait trente ans qu'ils étaient couchés, là, sur le papier. A certaines occasions, sur les planches d'un théâtre, sur une scène improvisée ou au cœur d'une salle de banquet, j'en sortais quelques-uns, histoire de les partager. Le comédien et l'auteur ne faisaient alors plus qu'un. Et le timide que j'étais ne savait plus s'il devait se cacher derrière son stylo ou s'il devait se vêtir du personnage qu'il avait créé...

Le plus facile était donc, pour prolonger le partage, de vous fournir cet humble ouvrage. A vous d'en faire bon usage !

Laurent Harduin